>> à perte de vue

D’un viaduc à l’autre

1990- 1993 : un nouveau Garabit en béton

Le désenclavement du Massif-Central s’enricht d’un nouvel ouvrage d’art.
En effet, l’autroute A 75 reliant Clermont-Ferrand à Béziers doit franchir la Truyère. Comme un siècle auparavant, les ingénieurs ont fait preuve d’audace technique en imaginant une structure en béton précontraint soutenue par 4 béquilles inclinées à 45°. Au final, le petit frère du viaduc de Garabit mesure 311 mètres de long et surplombe la vallée du haut de ses 75 mètres.

2001-2004 : le viaduc de Millau

120 ans après sa construction, l’arche du viaduc de Garabit flamboie plus que jamais : inondée de lumière, elle rougeoie comme du métal en fusion. Garabit aujourd’hui, c’est le viaduc. Plus qu’un pont, il est l’identité de ce coin du Massif-Central.

Le plus gigantesque ouvrage du monde du XIXème siècle cède son trône au viaduc de Millau : 2 460 mètres, 349 mètres de haut, 19 mètres de plus que la Tour Eiffel.
C’est actuellement le record mondial.